Les recettes de Saint-Maur contre le gaspillage dans les cantines (Le Parisien)


AEFEL engage une nouvelle campagne de pesée des déchets fermentescibles dans un restaurant scolaire. Le constat est habituel : une production de déchets par convive supérieure aux ratios communiqués par l’ADEME pour la restauration collective. Le risque: en se basant sur ces seuls ratios, un bon nombre d’établissements échapperont aux obligataires réglementaires s’appliquant aux gros producteurs de bio-déchets, lesquels incluront, à partir de 2016, ceux produisant 10 tonnes de déchets.

Article du Parisien paru le 7 septembre 2015 – Anne-Laure Abraham

 

154 t de denrées alimentaires jetées à la poubelle, 550 000 € d’économie possibles… Les estimations du gaspillage alimentaire dans les cantines scolaires de Saint-Maur sur une année sont impressionnantes. Depuis ce lundi et jusque début octobre, un cabinet spécialisé, missionné par la ville, mène une deuxième campagne de pesée des déchets pendant une semaine après chaque repas dans cinq écoles de la commune (élémentaires Les Chalets, Michelet, Mûriers, maternelles Diderot et Schaken).

« L’objectif, c’est d’adapter les menus en fonction de la consommation réelle des enfants », avance Sylvain Berrios (LR), le député-maire. L’enjeu est de taille pour cette commune qui comptabilise 5 200 repas

Saint-Maur, ce lundi. Ce midi-là, la ratatouille ne reçoit pas un grand succès à la cantine de l’école des Chalets… Un peu moins de 12 kg du plat principal seront recueillis dans une poubelle dédiée.

Saint-Maur, ce lundi. Ce midi-là, la ratatouille ne reçoit pas un grand succès à la cantine de l’école des Chalets… Un peu moins de
12 kg du plat principal seront recueillis dans une poubelle dédiée. (Photo Le Parisien)

par jour et où plus de 80 % des élèves sont demi-pensionnaires.

En ce lundi midi, la pesée des quatre poubelles mises en place à l’école élémentaire des Chalets est sans appel : les 88 enfants ont
aimé les betteraves vinaigrette, nettement moins le sauté de veau marengo et son riz-ratatouille.
« Je n’aime pas quand c’est mélangé. Je préfère le riz tout seul », confie Cindy, 8 ans, d’une voix fluette. Bilan des courses : les restes de l’entrée représentent moins de 2 kg, le plat principal un peu moins de douze kilos, le laitage (fromage) et le dessert (des
prunes) 630 g et le pain 41 g. « Cela équivaut à 173 g de déchets par convive, note Elodie Fradet, consultante du cabinet Agir ensemble pour une fable empreinte écologique (AEFEL). La norme établie par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de
l’énergie (Ademe) est de 125 g, mais ce seuil est très bas. Il y a cependant une marge d’amélioration. »

Tri des déchets à Saint Maur

Tri des déchets à Saint Maur (Photo Le Parisien)

Plusieurs pistes sont d’ores et déjà lancées : la mise en place une fois par mois d’un « menu star » choisi par les enfants mais validé par une nutritionniste, la suppression périodique de l’entrée ou du fromage. « Je ne suis pas inquiet, avance Frédéric Fayolle, parent d’élève de la Peep, qui siège à la commission municipale des menus. Chez les villes qui le font, il y a le même apport nutritionnel et les enfants ont plus de temps pour manger. » L’économie effectuée sera reportée sur un autre produit. « Ma seule crainte, c’est la réaction des parents s’ils ne sont pas assez bien informés… », glisse-t-il.